Site non commercial de la non lucrative AAAAA
- dite 5A -
Mise à jour et corrections 29 novembre 2023

Stacks Image 1127

Association Amicale des Amateurs d'Andouillette(s) Authentique(s) …
et d'Andouilles


Stacks Image 3905
Stacks Image 3894

Studieuse rencontre des artisans charcutiers traiteurs dans les salons 18e siècle de l'hôtel de Poulpy-Maison des polytechniciensn au cœur du Faubourg Saint-Germain d'entre musée d'Orsay et Solférino. Le président Mauvigney donna la parole, ce 27 novembre, à plusieurs intervenants dont l'expérience en divers domaines allait s'appuyer sur maints tableaux et graphiques repris sur plusieurs écrans (la double salle était totalement pleine). Au menu, copieux :
"Attractivité du métier", " Portrait et parcours des apprenties de l'alimentation", "Impact de l'inflation sur la consommation" (sondage
Avez-vous modifié vos achats alimentaires pour des raisons économiques, auquel 62% des interrogés ont répondu Oui " ), "Conséquences du télétravail", "Impact des réseaux sociaux, notamment Instagram, Snapchat, Facebook ), "Tendances pour les fêtes de fin d'année et 2024", "Protection sociale". Bien des vérités attestées récemment ou déjà ressassées, le rôle important des influenceurs-influenceuse "faisant figure d'autorité " (pour quelques jours ou semaines, ça se presse sur le Net!), l'évocation tendance de la "Génération Z", née après 1995, qui succède à la génération Y et précède la génération Alpha, mais sera fatalement remplacée par la Beta encore à naitre.
… Et l'andouillette, et l'andouille, dans tout cela ? La rencontre se situait au-delà des chaudins, de la panse et de la fraise de veau, mais impliquait d'office l'univers élitiste de la 5A.
L'AAAAA-5A, soixante ans d'existence, honneur de la France et des terroirs, veille au grain, tire la ficelle avec une prudente audace, embosse en tout humanisme, garde toujours le sourire, sait rire et prépare sérieusement son A.G. de janvier.


(Les adhérents de la CNCT assistaient en nombre à ces 11e rencontres, certains venus de loin, mais bien des artisans n'avaient pu se détacher de leur labo et de leur commerce : les absents se sentant concernés se plongeront, via wetransfer, dans les comptes-rendus méticuleux des interventions. )

La traditionnelle "Messe du Souvenir" des charcutiers, a été célébrée en l'église Saint-Eustache la veille des débats.
Stacks Image 3911

Stacks Image 3897

Stacks Image 3913

Stacks Image 3928
Enseignants et apprenants du CEPROC ont préparé le buffet, accessible à qui le désirait après l'office religieux.
Stacks Image 3901

Stacks Image 3907

Prochaine A.G. de l'AAAAA : au CEPROC, le jeudi 18 janvier

Les membres de l'AAAAA souhaitant participer, physiquement ou en mandatant, à l'assemblée générale sont priés de signaler d'ores et déjà ce qu'ils désirent voir figurer à l'ordre du jour.
(Passer par "Contacter asso", en tête de cette page, ou communiquer avec le Bureau par tel. ou courriel.L'ordre du jour définitif et les précisions nécessaires seront communiqués fin décembre.)
Après consultation de la CNCT et de lauréats 5A impliqués, l'assemblée générale de l'association a été fixée au jeudi 18 janvier 2024, fin de matinée, dans une salle de conférence mise à disposition par le CEPROC, Paris, 19, rue Goubet.
Il sera, notamment, procédé à l'actualisation des statuts de l'association, pertinents pour l'essentiel, mais parfois confus et encombrés de digressions.
( Les premiers statuts "officialisants légalement" l'AAAAA furent déposés en 1994, par Paul de Montaignac. A l'aube des années 1960, il avait été l'un des "pères fondateurs" de l'amicale, alors que les réunions de l'association se tenaient en petit comité à l'
Ambassade d'Auvergne, restaurant où elle avait alors son siège en raison de la proximité immédiate des halles jusqu'au transfert à Rungis de 1969.)
Il sera aussi question : 
- des problèmes pratiques qui seront posés à moyen terme quant au design et à la réalisation technique des diplômes
- de la modalité de leur envoi aux lauréats, probablement en documents numérisés (au moins lorsqu'il s'agira de renouvellements) 

- du retard pris en ce qui concerne les dégustations dans le domaine des andouilles, toutes élaborations et terroirs, de l'effort à faire pour améliorer la compétence des jurés en ce secteur ; de l'établissement d'un planning rationnel.
- des problèmes que poseront, à moyen ou long terme, l'hébergement et la structuration du présent site web de l’ AAAAA, mis en ligne et actualisé bénévolement par son actuel président depuis une dizaine d’années (le nom de domaine est déposé depuis longtemps chez Gandi , l'hébergement s'effectue aux bons soins de notre ami Arnaud Mandard).

2024, année anniversaire de la "légalisation" de l'amicale.
Fondée en souriante amitié de table il y a plus de soixante ans, l' AAAAA a été "officialisée" en 1994 par le dépôt légal de ses statuts.
Documents ci-après
Souvenirs d'il y a 30 ans :
. L'asso s'affiche au
Journal officiel
. L'impression des diplômes numérisés par une imprimerie troyenne.
Stacks Image 3865
Stacks Image 3878
Pierre Bonte, alors compagnon de route de l'AAAAA, Monique Pivot (qui dirigea le magazine Gault et Millau) et Jacques-Louis Delpal, qui préparait alors un livre sur l'Aube, étudient les détails portés sur les diplômes 5A, dont le visuel demeurait délibérément "à l'ancienne". Cela se déroulait à Troyes, dans un bureau de la maison Lemelle, aujourd'hui entité gardant une identité propre dans l'univers Jolivet-Popy.

Stacks Image 3951

A relire avant l'assemblée générale de janvier.
Compte-rendu de l'A.G. tenue le 20 octobre 2022

ASSOCIATION AMICALE DES AMATEURS D’ANDOUILLETTE AUTHENTIQUE
(abréviation : A.A.A.A.A., sigle habituel : AAAAA, dénomination courante : 5A)


1 •. Signature de la feuille d’émargement par 13 membres de l’association (jurés dits « habituels », charcutiers-traiteurs, journaliste et chroniqueurs), certains porteurs des 10 mandats confiés par des membres de la 5A empêchés. Approbation des comptes 2021-2022. Satisfecit quant à l’évolution du site.
2 • CONSTITUTION DU C.A. et du Bureau. Sont nommés pour une durée d’un an à 18 mois :
Joël Mauvigney pt de la CNCT ou responsable de cette organisation
Bernard Vallat pt FICT ou responsable de cette organisation
Élisabeth De Castro
Déléguée générale CNCT
Jacques-Louis Delpal
journaliste, auteur
Xavier Geoffroy directeur du CEPROC
Christophe Thierry
artisan (plus ancien lauréat)
Marc Colin ex-
artisan charcutier (« deuxième plus ancien lauréat »)
Robert Volut entrepreneur secteur alimentation, ancien pt FICT
Laurent Jolivet pt groupe Popy, titulaire de diplômes pour sites distincts
Jean-Paul Guillemin
ancien responsable d’une entreprise lauréate 5A
Jean-Christophe Bassignac journaliste grand reporter.

Sont reconduits ou nommés membres du Bureau
Jean-Michel Déhais, reconduit secrétaire général, Jacques-Louis Delpal, reconduit président, Monique Pivot, reconduite au poste de trésorière, Christophe Thierry (nommé vice-président).
François Roboth, membre ancien de l'association, reste associé au Bureau comme "Secrétaire d'honneur".
Vincent Ferniot, qui fut l'un des membres agissants de l'A.A.A.A.A., et son vice-président, se met provisoirement en retrait en raison de sa charge de travail. ( Note ajoutée début 2023 : devenu plus dispo, Vincent s'annonce prêt à partager la charge de vice-président avec Christophe Thierry ).

JURY.
Les membres du Conseil d’administration sont, à leur guise, membres du jury constitué lors de chaque dégustation à laquelle ils assistent.
Laurent Bromberger, Patrick Revet, Jean-Michel Déhais et Martine Delpal sont membres dits "habituels" du jury, cela officieusement mais depuis longtemps, et le demeurent si disponibles.
L'élargissement du jury à des charcutiers et cuisiniers, notamment MOF, est souhaité 


3 • RÉVISION DES STATUTS DE L’ASSOCIATION
Une révision apportant plus de clarté aux statuts sera entreprise courant 2023.
Les modifications souhaitées seront mises en forme et exprimées par le Bureau, qui consultera éventuellement Mme Élisabeth De Castro, avocate, déléguée générale de la CNCT. Le texte sera soumis pour avis aux présidents de la CNCT et de la FICT.
Les statuts actuels de l’A.A.A.A.A., actualisés en 2007, précisent que le diplôme concerne les andouillettes, les andouilles et, éventuellement, d’autres produits embossés (non nommés). Cette disposition est maintenue.
Le texte définitif des modifications, signé par trois responsables de l’association (membres du C.A. et/ou du Bureau), sera déposé par le président de l’association ou un membre du Bureau mandaté.
Une assemblée générale extraordinaire sera convoquée si les modifications réclamées s’avèrent importantes et éventuellement litigieuses.

4 • Un règlement de l’association sera établi dans les meilleurs délais par le Bureau.

5 • Rappels énoncés lors de l’A.G. : - L’abréviation recommandée du nom de l’association (fondée en 1960) est A.A.A.A.A. Il est admis, par facilité, d’ignorer les points dans la communication courante (sigle AAAAA, recommandé) ou d’abréger en 5A. - Le diplôme A.A.A.A.A est suspendu : . lorsque l’établissement bénéficiaire fait l’objet d’une cession et d’un changement de direction.
. lorsque le site d’élaboration est déplacé, une tolérance étant cependant admise pour un temps limité quand la délocalisation résulte d’un accident.
- Un « industriel » recourant à diverses filières de vente peut postuler à l’AAAAA. et obtenir le diplôme pour une ou plusieurs marque
s. Garantissant la localisation de la fabrication et le respect de la recette, il évite toute confusion dans ses gammes de produits et refuse tout laxisme à l’occasion de ventes importantes (promotions).

La parole est donnée à M. Laurent Jolivet, président du groupe Popy et principal intéressé, car détenteur de l’AAAAA. pour huit marques, acquises progressivement depuis 2007 (achat de la marque de Simon Duval, artisan alors lauréat en permanence depuis les années 1970). Il rappelle que ses sites de production sont très séparés géographiquement et gardent chacun son identité.
Les intervenants constatent que peu d’ « industriels » semblent concernés quant à l’attribution de la 5A , dans le contexte actuel, mais qu’une au moins pourrait être en lice et proposer ses produits au jury.
Il est noté que la très grande majorité des élaborateurs susceptibles d’être concernés relèvent soit de la CNCT (artisans , labo et boutique), soit de la FICT, mais que l’adhésion à ces « syndicats » n’est pas obligatoire.

- Les diplômes sont décernés pour une durée actuellement limitée à deux ans par un jury d’au moins cinq membres de l’association, dont la décision est sans appel. Les jurés se réunissent de préférence au CEPROC, où le siège de l’association est établi depuis 2007.
- Les jurés ne peuvent participer à une dégustation impliquant un candidat auquel ils sont liés par une activité commerciale ou un accord publicitaire.
- Afin d’alléger l’agenda des jurés, les diplômes décernés à des
artisans (en principe adhérents à la CNCT) déjà distingués trois fois consécutivement seront automatiquement prorogés de deux ans sans que cela implique de dégustation, cela sous réserve que les fabricants ainsi favorisés affirment (courriel ou courrier postal exigé) accepter toute décision qui serait prise lors d’une « dégustation surprise » effectuée par le jury à une date à sa convenance. Cette convention, qui pourra éventuellement être dénoncée lors de la prochaine A.G. , entre en vigueur à partir de novembre 2022 à titre d'essai.

4 • L’AAAAA (ce fut affirmé à maintes reprises et rappelé lors des A.G. 2007 et 2008, cf. débat amical entre M. Delpal et M. Ferniot), est délibérément « à but réellement non lucratif ». L’association ne commercialise jamais elle-même de produits plus ou moins « dérivés », ne vend pas de signes distinctifs à apposer.
L’association ne réclame aux diplômés aucune rétribution en lien avec les revendications du titre de lauréat AAAAA. qu’ils sont libres de multiplier sur tous supports.
Elle leur propose (jamais l’année de l’attribution), mais ne leur impose en aucun cas, de devenir membres actifs donateurs ou cotisants à l’association. Certains lauréats présents à l’A.G., dont M. Joël Mauvigney, estiment que les responsables de l’association témoignent d’un manque d’exigence exagéré au sujet de l’adhésion payante des lauréats, mais les « Anciens » de l’AAAAA. réaffirment leur volonté de respecter la volonté des « pères fondateurs » de l'amicale au cours des années 1960-1970. Il est rappelé que la plupart des élaborateurs adhérents ont spontanément proposé leur obole, généralement proportionnée à la taille des entreprises (certaines n’impliquent que deux ou trois personnes) et à leur mode de commercialisation
L’AAAAA ne salarie aucun de ses membres et n’indemniserait qu’à titre exceptionnel une collaboration extérieure indispensable. Seuls postes de dépense admis : achats de produits charcutiers à tester ou à mettre au menu lors des dégustations, de vins et de boissons bus en accompagnement ; frais d’impression, achats de logiciels et de matériel indispensables à la structuration et au développement du site web ( https://www.facebook.com/amicale5A/RapidWeaver) ; octroi de pourboires pour les services gracieusement rendus à l’occasion de rencontres.
Les frais d’impression et d’envoi protégé d’un diplôme grand format, non réclamés jusqu’à présent, le seront si le Bureau le juge nécessaire.

5 • Les informations concernant le fonctionnement de l’association et ses actualités sont communiquées sur le site officiel de l’association,
www.aaaaa-asso.fr Elles n’apparaissent qu’officieusement sur la page Facebook gérée par J.-L. Delpal.

Au CEPROC,
le souvenir de Bernard Perot

Stacks Image 3816

De dimensions impressionnantes, le nouveau labo du CEPROC portant le nom d'un MOF charcutier traiteur estimé de ses pairs, Bernard Perot (disparu il y a deux ans) a été inauguré le 2 octobre par Mme Carole Grandjean, ministre déléguée chargée de l'Enseignement et de la Formation professionnelle. Elle avait été accueillie rue Goubet par M. Joël Mauvigney, président de la CNCT, et par M. Xavier Geoffroy, directeur général du "Centre d'excellence des professions culinaires", école de gastronomie faisant depuis longtemps référence (fondée en 1970, elle a élargi considérablement le champs des instructions dispensées, mais accorde avec constance une place très importante à l'apprentissage et au perfectionnement du métier de charcutier-traiteur).

Stacks Image 3859
©Photo JLD/5A. Bernard Perot réchauffant quelques belles andouillettes à la poêle (comme il sied entre gastronomes) dans la cuisine du CEPROC. C'était à l'occasion d'une dégustation organisée en 2017 ou 2018.
Stacks Image 3793
Stacks Image 3830

Lauréats 5A de longue date, Jean-Christophe et Valérie Andrieux gardent leurs bonnes habitudes : ils sont présents sur deux marchés importants du Périgord vert, ceux de Piegut (le mercredi) et de Thiviers (le samedi matin). Ils tirent leurs andouillettes à la ficelle dans le nord périgourdin, à Saint-Martin-le-Pin, où ils se sont installés et ont aménagé leur labo après avoir tenu boutique à Paris (ils ont longtemps été collaborateurs du grand Gaston Lenôtre). Leur produit est classique, mais on ne s'étonne pas, au royaume des palmipèdes, qu'ils ajoutent de temps à autre à leur gamme charcutière une "andouillette au canard", conforme au Code des usages de la charcuterie, alliant la chair de belles volailles aux chaudins de porc. 

Stacks Image 3832
Depuis l'achat de Duval, en 2007,

Laurent Jolivet (Popy) 
collectionne les 5A

Stacks Image 3778

Laurent Jolivet, fédérateur de marques agro-alimentaires et collectionneur de 5A, avait dû établir un stand d’importance au dernier SIRHA pour présenter ensemble les entreprises qu'il regroupe sous l’enseigne Popy. Aujourd’hui proche de la soixantaine, l'ancien élève d’Agrosup Dijon et de l’ESSEC avait acquis Popy il y a 23 ans, en presque voisin (de Saint-Quentin-Fallavier, dans l’Isère limitrophe du Lyonnais). Cet entrepreneur de l’agro-alimentaire prudemment insatiable en a fait la « maison mère » de la constellation charcutière renommée qu’il revisite méthodiquement en tournées hebdomadaires. 
Acquéreur systématique d’entreprises depuis 2000, Laurent Jolivet a fait sa dernière prise en 2021 : Tranchage de la Jasse, entreprise familiale de l’Aveyron, l’un des leaders français des produits de charcuterie tranchée et du conditionnement… ce qui nous concerne moins, puisque l’AAAAA, respectueuse de la mortadelle, du chorizo et du saucisson sec, est vouée, statutairement, aux andouillettes et aux andouilles. Vaste programme !
L'accord Jolivet-Lemelle fut signé début 2019 à l’issue d'une longue négociation concernant l'ensemble du groupe AT France Lemelle (trois sites de fabrication, dont celui des Écrevolles en lisière de Troyes, quelque 230 collaborateurs globalement). Avec cette acquisition, la "confédération d'entreprises indépendantes dans l'interdépendance" du groupe Popy devenait détentrice de sept diplômes « AAAAA Andouillette », auxquels s'ajoutait le diplôme de la catégorie « Andouille »(encore peu développée à ce jour) honorant une Véritable Vire
Tous les diplômes remis à Laurent Jolivet pour ses entreprises, distantes géographiquement et délibérément maintenues bien différentes les unes des autres, ont déjà été renouvelés, certains à maintes reprises, au cours des dégustations habituelles (la première se tint à l'Ambassade d'Auvergne, longtemps lieu privilégié des dégustations, les suivantes à la Closerie des Lilas, à La Bonne Franquette, chez le Père Claude, enfin au CEPROC, où l’association a son siège social, où se tiennent l'A.G. annuelle et, depuis plusieurs années, presque toutes les réunions du jury 5A.

Le développement d’un « marché de niche »
Le "leader résolument multimarques" qu'est Laurent Jolivet n’avait jamais présidé à la confection d’une andouillette quand il débuta en 2000 dans un secteur particulier de la charcuterie, "marché de niche » impliquant un savoir-faire très particulier : il acheta alors l'entreprise iséroise des frères Gérard et Marc Popy, affaire qu’il lui fallut relancer aussitôt en pleine crise de la vache folle. Savait-il que les Popy avaient depuis peu posé candidature auprès de l’AAAAA pour leur « andouillette lyonnaise » à la fraise de veau ? 
Il acquit ensuite Bernaudeau, à Montreuil-Bellay (2002), la Champenoise, petite maison sérieuse du sud-est aubois déjà remarquée par l’AAAAA (2005), perdue de vue quelque années, enfin re-diplômée et ayant jalousement veillé à le rester, puis la marque Père Duval (2007).
Duval… un symbole !
L’AAAAA (Association Amicale des Amateurs d’Andouillette Authentique ») avait connu dans les années 1970 un regain de célébrité en attribuant son diplôme à Simon Duval, petit charcutier incroyablement dynamique exerçant dans une extrême simplicité à Drancy. Ce banlieusard, dont la minuscule et pittoresque boutique était doublée d’un laboratoire tenant du baraquement dans son arrière-cour, contribua considérablement à faire connaître les cinq A aux restaurateurs parisiens, à qui il proposa avec ténacité ses andouillettes au cours des années 1970 : les A emblématiques d’un "label" officieux jusqu’alors assez confidentiel, malgré leur évocation depuis le début des années 1960 dans les rubriques de la presse écrite alors toute puissante (Le Monde, Le Figaro, le Parisien, l’Humanité, notamment) se multiplièrent sur les cartes de bistrots, de restaurants et de brasseries, suscitant la curiosité amusée des clients. Intrigués par cette abréviation, beaucoup demandaient aux serveurs comment déchiffrer cette dénomination insolite.
"Popysée", mais affichant toujours sa personnalité (recette, tour de main pour l'embossage), la fabrication Duval rejoignit rapidement le site aubois de la Champenoise, la boutique et l’atelier où bricolaient les collaborateurs « très 9-3 » de Simon disparaissant pour faire place à un ensemble immobilier. 

En 2017, la reprise de l'important groupe Amand-Bianic fut un coup de maître, puisqu’elle apporta à Laurent Jolivet deux autres "AAAAA", re-testées et reconfirmées par le jury dégustateur) : Amand Terroir et sa quasi-extension également viroise Paul Danjou. Cela tint de l'événement dans les milieux de l’alimentation, le groupe solidement constitué et assuré d'un bon appui bancaire devenant leader dans son domaine.
L'acquisition de Lemelle, entreprise particulièrement réputée pour ses andouillettes depuis une trentaine d’années, allait parachever une conquête remarquée dans l’univers de la charcuterie.

Laurent Jolivet, il faut le rappeler, avait au passage repris Chédeville (2007), vieille maison parisienne jadis implantée place Saint-Honoré à l’enseigne Chédeville et Bourdon, bien connue des fondateurs de l’AAAAA (Charles Chédeville s’était associé à Jean-Alexis Bourdon en 1932). Le labo installé par Michel Bourdon à Morangis en 1986 devait être transféré par son dernier et actuel patron à Courcouronnes, en 2016, sur un site de 8000 mètres carrés à la mesure du bon millier de références, dont les marques valorisées AAAAA demeurent toujours différenciées.



Le siège social de l'association (loi de 1901) est domicilié depuis 2007 au CEPROC 19, rue Goubet 75019 Paris
• Le site tout bénévolat de l'AAAAA® est géré et alimenté à titre amical par J.-L. Delpal (majorité des textes et illustrations). Il accueille volontiers toutes les contributions, des lauréats 5A, des jurés et des adhérents de l'association. La version dédiée aux smartphones, par endroits allégée, reprend touts les rubriques du "menu".
• Merci à Arnaud MANDARD qui nous assiste si souvent à titre amical (traduire : en quasi-bénévolat) pour son aide technique et l'hébergement généreux sur son serveur. L'AAAAA aura sans doute besoin de ses conseils pratiques fin 2023-début 2024 pour une indispensable modernisation de ce site
• Merci à qui emprunte des éléments de ce site d'avoir un mot aimable pour la 5A et ses lauréats, ou, au moins, de le citer comme source.